Lettre à mon médecin.

                                                        Le pouls de Galilée 

   Le gamin de sept ans lit Tintin et se prend d'affection pour le professeur Tournesol, le lecteur fidèle d'Umberto Eco dévore avidement " Le pendule de Foucault ".

     Dans les deux cas, l'accessoire est le même, seule la longueur du fil varie. Pour prouver la rotation de la terre, le premier pendule de Foucault oscilla,sur un petit tas de sable, en 1851, sous la coupole du Panthéon. A l'époque, les Parisiens se déplacèrent nombreux pour observer cette curiosité scientifique. Foucault n'aurait sûrement pas rencontré le même succès, en poursuivant les études de médecine qu'il avait commencées !

      Confiez une boule accrochée à un fil à un physicien, il pourra, entre autres expériences, vous déterminer l' accélération de la pesanteur, faire une démonstration d'électrostatique ou, s'il se déplace en TGV, déterminer en mesurant l'angle d'inclinaison par rapport à la verticale, l'accélération de son train préféré (je n'ai jamais osé réaliser l'expérience).

    Pour m'être vu interdire un vol supersonique, lors de mon service militaire, j'ai appris que, vous médecins, n'êtes pas indifférents à la notion d'accélération, mais nous n'en sommes pas encore arrivés au lien direct qui existe entre votre spécialité et notre fameux pendule.

        Pour établir cette relation, il nous faudra faire un peu d'histoire et de tourisme. Tout le monde sait que l'isochronisme des oscillations fut vérifié par Galilée, on sait moins que notre savant n'avait pas encore 20 ans et vous avez peut-être oublié que c'est dans la cathédrale de Pise, qu'il pensa à comparer la période du lustre à celle de son pouls.

                                   
                            photographie ancienne du lustre ( vers 1910)

      L'un de mes professeurs de mécanique affirmait, que longtemps les médecins avaient exprimé le rythme cardiaque de leurs patients en longueur de pendule, c'est à dire en mètres. Je n'en ai pas trouvé la confirmation dans mes lectures, mais cette hypothèse me paraît fort probable. Je me suis amusé à calculer qu'il valait mieux avoir un pouls d'un mètre ( 60 pulsations par minute, en se souvenant qu'un pendule qui "bat la seconde" a une période de 2 s)  plutôt que de 25 centimètres (120 pulsations). Plus sérieusement, je ne mets pas sur le compte du hasard le fait que le pendule soit maintenant utilisé comme accessoire dans la panoplie de certains charlatans. La crédibilité scientifique associée à ce petit objet n'est pas sans fondements. Supplantant la clepsydre, cette découverte de Galilée aura été, pendant presque quatre siècles, à la base de la mesure des temps. A l'ère du quartz et de l'horloge atomique, nous ne pouvons pas oublier que les pendules et leurs applications ont directement ou indirectement, modifié nos vies. Si, en 1581, Galilée n'avait pas écouté battre son coeur, nous en serions, peut-être encore, à vivre avec le soleil, mais, ce qui est certain, c'est que nous vivrions différemment, privés d'un grand nombre de découvertes et de progrès.

     Si vos voyages vous conduisent à Pise, je vous promets qu'une pensée pour "la lampada de Galileo" n'altérera pas le charme de votre horloge comtoise, de votre pendule Louis XVI ou...de votre coucou suisse.

 

retour page d'accueil

Francité